La fin des cookies va augmenter la couverture des campagnes publicitaires !

Le planning de Google est clair : les cookies tiers disparaissent de Chrome au troisième trimestre 2024. Le 1er juillet 2024, c’est dans huit mois…

Donc sans cookies, il ne va plus rester que les identifiants dits “universels”. Enfin, si peu universels qu’ils ne couvriront que 10%, 20%, 30% pour les plus optimistes, des internautes. Et qui dit internaute, dit cible potentielle pour les annonceurs.

Comment envisager alors de continuer à n’acheter que des publicités avec des cookies ? Seules 50% des publicités sont associées à un cookie et un consentement.
Je trouve déjà bizarre qu’un annonceur accepte que ses campagnes ne puissent, au mieux, toucher que la moitié de sa cible. Il semblerait que la simplicité actuelle (par opposition à une supposée complexité du cookieless) suffise à expliquer ce choix discutable. J’y vois aussi des habitudes et une forte résistance au changement.

Ce qui peut être vrai à 50% de perte, peut-il encore l’être avec 80% ? Les annonceurs ne peuvent décemment pas se concentrer sur les seuls pékins qui auront des identifiants ? Vous imaginez que toute la publicité digitale ne tourne que sur une minorité de personnes ? Les 80% restants n’auraient plus de publicité ? Ou seulement des publicités sans ciblage ? Vous pensez vraiment que les budgets vont se concentrer, et qu’un même budget divisé par un plus petit nombre de contacts donnera des prix unitaires plus élevés ? Vous avez déjà vu un annonceur augmenter ses coûts, vous ?

Et les sites dans tout ça ? Des prix unitaires constants sur un inventaire divisé par 2 ou 3, ça fait une baisse de CA de 50% à 70% !

Non, aucune chance !

La seule solution, c’est que les budgets publicitaires se déploient sur des inventaires publicitaires sans cookies.

Ces inventaires ne touchent pas 10%, 20% ni même 50% des internautes, mais bien 100% !

100% de couverture, allégorie…

De plus, l’outil d’achats publicitaires leader, DV360 de Google, a d’ors et déjà annoncé qu’il n’utilisera pas les identifiants “universels”. Si Google arrête les cookies dans Chrome pour protéger la vie privée des internautes, ce n”est pas pour utiliser des alternatives aux cookies dans ses autres outils.
Donc les habitudes de travail et la résistance au changement ne seront plus un argument dans la majorité des cas.

Au final, paradoxalement, la diminution de la couverture adressable avec des data, va engendrer l’augmentation de la couverture adressable par les annonceurs !

Avec la fin des cookies, les annonceurs vont pouvoir à nouveau chercher à toucher tous les individus de leurs cibles. Mieux, ils n’auront pas le choix…

C’est pas une bonne nouvelle ça ?

Une réflexion au sujet de « La fin des cookies va augmenter la couverture des campagnes publicitaires ! »

Laisser un commentaire