Sans tambour ni trompette, ni vœux ni prédictions

Un jeune écrivain demanda un jour à Alphonse Allais de l’aider à trouver un titre pour son roman. Ce dernier lui demanda si le livre parlait de trompettes. Non répondit l’écrivain. Et de tambour ? Non plus ! Alors, appelez-le « sans tambour ni trompette » !

Cet article ne parlera ni de tambour, ni de trompette. 

En cherchant une illustration de cet article, je suis tombé sur l’affiche de ce film Franco-Allemand de 1960. Le titre original, l’Oie de Sedan, fait référence à ma ville natale, je ne pouvais pas éviter ce clin d’œil !

Pas de trompette pour fêter la nouvelle année.
A ceux auxquels j’ai présenté mes meilleurs vœux il y a un an, je dois présenter mes excuses. Je me suis bien planté.  D’ailleurs, avez-vous compté combien d’amis vous ont souhaité une bonne santé cette année ? De mon côté, zéro ! Et vous ? Je m’abstiendrai donc de vous souhaiter quoique ce soit, c’est plus prudent en 2021 😉 …

Pas de tambour non plus aujourd’hui.
Les tambours des crieurs publics servaient à attirer l’attention des auditeurs pour faire des annonces importantes. Qui se risquerait aujourd’hui à se lancer dans des prédictions, tant elles sont cette année hasardeuses ?

Donc, ni trompette, ni vœux, ni tambour, ni prédictions.

Que puis-je vous dire si je ne vous présente pas mes vœux ? 
Peut-être simplement : agissez, avancez, allez de l’avant. Faites quelque chose. N’importe quoi, mais faites !

Si vous êtes dans mon réseau professionnel, vous vivez comme moi une triple incertitude :

  • Sociétale : notre modèle économique, nos modes de vie sont ébranlés. Comment sera notre société ?
  • Sectorielle : le monde de la publicité digitale se prépare (peu ou prou) à une nouvelle révolution. Dans un an disparaîtra certainement la pierre angulaire de l’industrie de la data, le cookie tiers.
  • Personnelle : comment planifier sa vie dans un tel contexte ? Et plus encore si vous êtes entrepreneur.  Quelle direction donner à son entreprise en 2021 ?

Quand on ne sait pas où l’on va, le pire est de trop réfléchir. La réflexion inhibe souvent. Et c’est quelqu’un qui pense trop qui vous le dit.

Une expérience m’a ouvert les yeux il y a bien longtemps.
Nous sommes en 2000, je travaille dans une start-up, NetValue, où je bénéficie d’une liberté presque totale. J’ai une idée de produit, mais je n’ai aucune idée de sa faisabilité. Son utilité dépendra de la qualité des données obtenues. Et pour ça, le seul moyen est de développer le produit entièrement, de résoudre les problèmes et de regarder les résultats obtenus. 

J’avais identifié certaines difficultés,  sans savoir si elles avaient une solution. Mais on m’a donné carte blanche. Alors j’ai commencé à coder. Trois mois seul jusqu’au prototype complet, avant de pouvoir constituer une équipe.

La grande leçon de cette expérience, c’est :

  • Certains problèmes que j’avais identifiés ne se sont même pas retrouvés sur ma route. Je n’ai pas eu à les attaquer.
  • Certains autres problèmes se sont révélés plus simples à résoudre que je ne le pensais. Ils ne m’ont pas posé de problème alors qu’ils me semblaient insurmontables a priori.
  • Les vrais problèmes, ceux qui m’ont donné du fil à retordre, je ne les avais pas anticipés avant de me lancer. Si j’avais plus réfléchi, je les aurais peut-être détectés. Me serais-je alors lancé ?

J’ai souvent raconté cette histoire à des entrepreneurs ou des étudiants en entreprenariat. Je me la raconte souvent à moi-même, lorsque je me surprends à trop cogiter. 

Cogito ergo sum? Je pense donc je suis ? « Suis », du verbe « suivre » peut-être non ? Je pense donc j’attends. J’attends que d’autres me montrent le chemin ? 

Personne ne sait ce que sera notre société cette année. Personne ne sait comment l’industrie publicitaire va évoluer à l’approche du cookiepocalypse. Au moment où on crée une entreprise, on est dans le flou.

Comme dit ma chérie (qui crée des parfums), quand on ne sait pas où on va, on y avance au pif !

Alors avançons ! Marchons ! Créons !

Chers lecteurs, je ne sais pas ce que je pourrais vous souhaiter pour 2021. Mais je sais qu’en vous souhaitant d’avancer, je vous donne le meilleur et le plus utile conseil de 2021 !

En 2021, faites !

Laisser un commentaire